Accueil

Exit A.D.M.D. Suisse romande

L’histoire d’Exit

Le mouvement Exit pour le droit de mourir dans la dignité est né en Angleterre en 1935. Il s’est rapidement étendu à d’autres pays et à d’autres continents et compte à ce jour une cinquantaine d’associations regroupant près d’un million de membres et de sympathisants.

Notre association Exit A.D.M.D. Suisse romande, souvent évoquée sous les noms « Exit » ou « Exit Suisse romande », a été fondée à Genève par une vingtaine de personnes en 1982. Ce bulletin spécial publié pour les 25 ans de l’association retrace en détail l’histoire d’Exit, de ses débuts à 2007.

Les objectifs d’Exit

Notre volonté première est de lutter contre l’acharnement thérapeutique, de faire reconnaître les droits du patient en revendiquant à travers ses directives anticipées le respect de sa volonté et de ses choix face à sa mort.

Nombre de parents ou de proches se sont vu refuser dans les dernières phases d’une difficile maladie ou à l’issue d’une longue vieillesse, le droit de mourir alors qu’ils l’avaient lucidement décidé. Ils ont été parfois maintenus dans des conditions indignes, qu’ils auraient auparavant catégoriquement refusées.

Nous ne voulons ni subir un tel sort, ni le voir infligé à nos proches, d’où notre volonté d’offrir une aide à mourir lorsque les circonstances de vie peuvent le justifier.

Dans le respect des lois en vigueur et soutenue par une majeure partie de la population suisse, l’association Exit Suisse romande défend donc :

  • Le droit pour chacun de choisir sa manière de vivre les dernières étapes de sa vie.
  • Le droit du malade d’être maître des dernières étapes de sa maladie.
  • Le droit à une mort digne et humaine.

Les revendications de nos membres

Par leur adhésion à Exit Suisse romande, nos membres revendiquent le droit et la possibilité de refuser un éventuel acharnement thérapeutique au cas où celui-ci leur paraîtrait abusif (par exemple si une thérapie a pour but de prolonger de quelques jours ou de quelques semaines une agonie irréversible et douloureuse, ou pour forcer la survie, contre sa volonté, d’un malade ou d’un blessé condamné à un handicap très grave et définitif).

Nos membres revendiquent également le droit d’être à l’abri de la douleur et de pouvoir, au besoin, accéder à une approche palliative ainsi qu’à l’assistance au suicide, selon leur libre choix.

Leurs volontés peuvent être clairement exprimées et appliquées dans le cadre des directives anticipées.

Les statuts d’Exit

Vous pouvez consulter les statuts de l’association ici.